Comment prévenir un accident vasculaire cérébral ?

Savez-vous diagnostiquer une migraine ?
octobre 20, 2020
Comment faire le diagnostic d’un problème rénal ?
octobre 20, 2020

Un AVC ne peut pas être évité dans tous les cas. Toutefois, le risque de subir un accident cérébral peut être réduit de manière significative. Les facteurs d’une attaque cérébrale sont multiples. La prise de conscience d’une personne à risques est à la tête de la liste des gestes de prévention. Cette maladie, ou plutôt cet accident a plus de risques de se produire avec l’âge, mais n’exclut pas pour autant une personne jeune. Bien entendu, les conseils fournis ici sont généraux. Si un signe ou quelques soupçonnes vous empêchent un sommeil paisible, une prise de rendez-vous avec un médecin serait un très bel acte de prévention. Lui seul saura le traitement et les médicaments dont ses patients ont besoin.

Conseils pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux

“Les accidents vasculaires cérébraux ne sont pas rares, mais ils ne sont pas non plus inévitables”, commence un article de MedicalNewsToday, dans lequel le Dr Gary Bernardini, du New York-Presbyterian Queens Hospital, donne des conseils pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

Les accidents vasculaires cérébraux figurent parmi les cinq premières causes de décès et sont même la cause la plus fréquente d’invalidité permanente, selon M. Bernardini. La gravité des maladies cérébrales réside dans le fait qu’elles laissent des séquelles sur la santé physique et cérébrale de la personne ayant été victime.

1. Baisse de la pression artérielle

Si vous voulez prévenir une attaque, vous devez commencer par votre tension artérielle et la baisser si elle est trop élevée. En effet, l’hypertension artérielle est considérée comme le plus grand facteur de risque d’accident vasculaire cérébral.

Ces mesures permettent de faire baisser la tension artérielle, généralement sans aucun médicament. Vous n’êtes donc pas une victime, mais vous pouvez vous-même tourner la roue du destin.

La simple conviction qu’après avoir survécu à un AVC, on peut se protéger contre un autre AVC entraîne une pression artérielle systolique inférieure de 6 mmHg en moyenne à celle des personnes qui craignent un autre AVC, selon une étude présentée à la conférence internationale sur les accidents vasculaires cérébraux.

2. Réduire le surpoids et manger des aliments sains

Si vous êtes en surpoids, assurez-vous que vous pouvez lentement mais sûrement atteindre votre poids normal. Pour cela, une alimentation saine est essentielle, ce qui a en même temps un effet positif sur la pression et l’état sanguin.

Un tel régime doit être riche en substances vitales (fruits et légumes), sain, à base de plantes et pauvre en sel (vérifiez si vous faites partie des personnes sensibles au sel et dont la tension artérielle augmente avec un régime riche en sel ou diminue avec un régime pauvre en sel).

3.Favoriser le mouvement

L’exercice régulier est un facteur indépendant qui réduit le risque d’accident vasculaire cérébral, ce qui signifie que l’exercice régulier réduit le risque d’accident vasculaire cérébral même si vous ne suivez pas les autres conseils. Il est recommandé de faire des exercices d’intensité modérée au moins cinq fois par semaine. Il s’agit là d’un effort physique régulier pour préserver la bonne santé. Un peu de sport va améliorer la circulation du sang vers le cœur et le cerveau, deux organes vitaux pour une personne, à risques ou non.

4. Peu ou pas d’alcool

Il a été démontré que plus d’un ou deux verres par jour augmentent le risque d’accident vasculaire cérébral, il est donc préférable de ne pas boire d’alcool du tout. En plus d’éviter des maladies cérébrales, le non catégorique à l’alcool permet au cerveau de mieux fonctionner, et au physique de mieux se porter. Ainsi, vous réduirez la liste des facteurs d’AVC qui pourraient laisser des séquelles indésirables dans votre vie.

5. Interdiction de fumer

Si vous fumez, arrêtez ! Selon l’OMS, les fumeurs ont quatre fois plus de risques de subir un accident vasculaire cérébral que les non-fumeurs. Si vous ne pouvez pas arrêter de fumer par vous-même, consultez votre médecin et demandez à votre compagnie d’assurance quelles sont les mesures de sevrage tabagique qui sont prises en charge. Visez toujours à réduire à néant les risques de troubles et de maladies cérébraux pour votre personne. Quoique vous aimiez faire, votre santé et votre vie importe beaucoup plus.

6. Faites-vous contrôler régulièrement !

Si vous faites contrôler régulièrement votre tension artérielle, votre taux de cholestérol et votre glycémie, vous verrez comment fonctionnent vos mesures naturopathiques.

Vous pouvez alors décider si vous devez faire plus pour votre santé ou – si vos valeurs s’améliorent de plus en plus – parler à votre médecin de la possibilité de réduire vos doses de médicaments si vous avez déjà dû en prendre.

7. Prenez soin de votre approvisionnement en substances vitales !

Outre les points susmentionnés, nous recommandons vivement d’optimiser l’apport en substances vitales afin de détecter et de remédier à d’éventuelles carences en vitamines ou en minéraux, car ces carences peuvent contribuer à des maladies des vaisseaux sanguins et à une hypertension artérielle, augmentant ainsi le risque d’accident vasculaire cérébral. Consommez des aliments riches, diversifiez leurs couleurs, cela va donner vie à votre sang, et réduire la pression arterielle.

Dans une étude datant de 2017, par exemple, il a été démontré que le risque d’accident vasculaire cérébral augmente si l’on souffre d’une carence en vitamine D et que le pronostic après un accident vasculaire cérébral est nettement meilleur si les patients prennent de la vitamine D.

8. Eviter les boissons légères

Les boissons légères peuvent augmenter le risque de maladies vasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux, comme on le sait depuis au moins 2011. Nous avons déjà présenté ici l’étude correspondante :

Il est préférable de boire de l’eau minérale, par exemple avec un peu de jus de citron fraîchement pressé, du thé glacé maison ou de l’eau vitaminée maison.

Quels sont les symptômes d’un accident vasculaire cérébral ?

Il est également important de connaître les symptômes d’un accident vasculaire cérébral afin de ne pas perdre de temps (si cela devait arriver) et d’appeler immédiatement un médecin urgentiste ou d’être conduit à l’hôpital. Car plus vous attendez, plus les risques d’aggravation augmentent.

Les principaux symptômes d’un accident vasculaire cérébral sont des troubles de l’élocution, une paralysie unilatérale, des vertiges, des maux de tête et aussi des troubles visuels unilatéraux. Contactez un médecin ou une ambulance dès qu’un de ces signes apparaissent.

Comment vérifier si une personne est atteinte d’un accident vasculaire cérébral ?

Le test dit FAST peut être utilisé pour vérifier si une personne a eu un accident vasculaire cérébral : FAST est l’abréviation de Face, Arms, Speech and Time (visage, bras, parole et temps).

Visage : Demandez à la personne de sourire. En cas d’accident vasculaire cérébral, cela n’est souvent possible que d’un seul côté, ce qui indique une hémiplégie.

Bras : demandez à la personne d’étirer ses bras vers le haut. Dans un accident vasculaire cérébral avec paralysie, les deux bras ne peuvent pas être étirés vers le haut.

Discours : demandez à la personne de dire une phrase simple que vous récitez. C’est là que les troubles de la parole deviennent apparents lorsqu’un accident vasculaire cérébral se produit.

Temps : Le terme Temps indique d’appeler le médecin urgentiste immédiatement (112 en Europe) si les trois premiers symptômes s’appliquent.

Comment prévenir un accident vasculaire cérébral ?

Si vous intégrez systématiquement les mesures ci-dessus dans votre vie, vous serez très probablement en mesure de prévenir un accident vasculaire cérébral. Ne pensez pas que vous devrez renoncer à quoi que ce soit (sauf à un accident vasculaire cérébral). Un mode de vie sain n’est pas un renoncement, mais un gain !

Ce n’est que si vous restez dans les anciennes eaux que vous devrez abandonner – à savoir votre santé ! Profitez donc de la façon dont votre nouveau régime alimentaire, vos nouvelles habitudes sportives et bien d’autres choses encore vous font vous sentir un peu mieux chaque jour !