Quel est le rôle du cholestérol dans les maladies cardiovasculaires ?

Le rôle de la physiothérapie dans la vie des patients atteints de la maladie d’Alzheimer
octobre 20, 2020
Des médecins qui changent la couleur des yeux sur demande !
octobre 20, 2020

L’athérosclérose se développe lorsque le cholestérol, les graisses et d’autres substances se déposent sur les parois en créant une plaque. Cette dernière obstrue les artères et favorise les crises cardiaques ainsi que les accidents vasculaires cérébraux. Une alimentation saine est sans aucun doute la pierre angulaire du bien-être du cœur et du système cardiovasculaire. En particulier, elle est importante pour la prévention et le traitement des maladies athérosclérotiques.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Il faut toujours faire la distinction entre le HDL, le soi-disant bon cholestérol, et le LDL, le mauvais cholestérol, car il se dépose sur les parois des artères et augmente ainsi le risque de maladie cardiovasculaire.

Comme vous le saviez, cette graisse est présente dans le corps humain et remplit de nombreuses fonctions importantes. Il intervient dans le processus de digestion, grâce à la formation de la bile. Par ailleurs, il participe à la production de vitamine D, utile à la santé des os. Il favorise la construction de la paroi cellulaire, en particulier du système nerveux. Il est le précurseur d’hormones telles que la testostérone et l’œstrogène.

En général, rappelez-vous que les aliments d’origine végétale sont sans cholestérol, contrairement à ceux d’origine animale. Une quantité élevée de graisses saturées a un effet négatif sur votre santé. Certains aliments peuvent augmenter le LDL et entraîner une hypercholestérolémie, avec des conséquences pour le cœur. Il y aura ainsi des complications. 

Qu’est-ce qu’un aliment bon pour le cœur ?

Les aliments d’origine végétale sont sans cholestérol et doivent être consommés en abondance tout au long de l’année. Il est préférable de choisir entre les fruits et les légumes de saison. Les fruits secs sont riches en acides gras polyinsaturés Oméga-6 même. Ils sont très caloriques mas il est bon de ne pas exagérer.

Les légumineuses sont d’autres protagonistes indéfectibles : les lentilles, les pois chiches et les haricots. Il y a aussi les lupins, capables de réduire la production de cholestérol par le foie.

En plus de ne pas être un légume, le poisson est riche en graisses saturées oméga-3 et se prête bien comme substitut à la viande (la consommation doit être limitée).

Pour lutter contre le taux de cholestérol sanguin, il est bon de consommer des céréales complètes. Les aliments complets contiennent des fibres, qui réduisent l’absorption des graisses et du cholestérol. Ils sont bons pour le cœur et réduisent la pression artérielle. Il est aussi conseillé de préférer le pain complet. Vous devez consommer également  des oeufs pour compléter votre alimentation. Des études récentes ont indiqué que la consommation d’oeufs n’a pas d’effet négatif sur les lipides sériques. Dans certains cas, ils semblent améliorer le profil des particules de lipoprotéines et la fonctionnalité des HDL.

Une indication générale de la consommation peut être de 2 à 4-5 par semaine, y compris les œufs utilisés comme ingrédient secondaire dans les préparations (par exemple les sucreries).

Le rôle de l’activité physique dans les maladies cardiovasculaires

Les effets bénéfiques de l’activité physique, en particulier de l’activité aérobic (marche, course, vélo, etc.), sur les maladies cardiovasculaires sont bien mentionnés dans la littérature biomédicale.

Une étude récente indique que l’activité physique d’endurance (poids, machines, surcharges), surtout si elle est pratiquée à une fréquence faible-modérée (1-3 fois par semaine) ou, si elle est exprimée en fonction du temps, moins d’une heure par semaine, a entraîné un risque plus faible d’événements cardiovasculaires dans son ensemble, par rapport à ceux qui ne pratiquaient pas d’activité physique. L’effet bénéfique de l’activité physique d’endurance serait médiatisé, au moins en partie, par la réduction de l’IMC au fil du temps. Ainsi, quel que soit le type d’activité physique, l’important est de bouger et d’adopter des modes de vie sains.