Savez-vous diagnostiquer une migraine ?

Allergie aux protéines du lait de vache : conseils et recettes pratiques
octobre 20, 2020
Entorse : que faire ?
octobre 20, 2020

Tout mal de tête peut-il être considéré comme une migraine ?

Non, il existe des critères pour classer les maux de tête. Découvrez si votre mal de tête est une migraine.

De nombreuses personnes utilisent le terme de migraine pour désigner un mal de tête (céphalée) plus fort que la normale. Ce que peu de gens savent, c’est qu’il existe des critères spécifiques pour classer un mal de tête comme une migraine.

Outre la migraine, selon les caractéristiques de la douleur, vous pouvez avoir des céphalées de tension, des céphalées à la sauge, des céphalées quotidiennes chroniques et bien d’autres parmi les 150 types de céphalées. Il existe des différences entre chacune d’entre elles qui déterminent le traitement, qui peut varier, d’où l’importance d’un diagnostic correct.

Voir aussi : Pourquoi ça fait mal ? #01 | Migraine

Découvrez les caractéristiques des maux de tête les plus fréquents :

La migraine : elle touche davantage les femmes. Elle se caractérise par le fait qu’elle provoque une

Douleur pulsatile, généralement unilatérale (un côté de la tête), d’intensité modérée à forte (pas toujours invalidante), qui peut être accompagnée de nausées et de vomissements et d’une intolérance à la lumière ou au son. Les crises peuvent durer de 4 à 72 heures et ne s’améliorent généralement pas avec les analgésiques courants. En l’absence d’un traitement adéquat, qui nécessite généralement une médication bien spécifique, la douleur peut devenir chronique.

Cette douleur peut être continue (constante) ou pulsatile (battante) ; la circonstance de survenue : certains facteurs peuvent déclencher un mal de tête : pollution, prise de médicaments, consommation excessive d’alcool.

Migraine avec aura : l’aura se produit lorsque l’individu voit des points noirs (scotomes), des points brillants (scintillements) et des images en zigzag (spectres de fortification) qui apparaissent dans une partie du champ visuel et se propagent progressivement. Ce sont des manifestations neurologiques qui apparaissent progressivement et qui peuvent durer de 5 à 60 minutes. De petites modifications de la parole et des sens, comme des picotements et des engourdissements, peuvent également se produire et affecter un côté du corps. L’aura est généralement un signe avant-coureur de maux de tête, qui peuvent durer des heures ou des jours.

L’origine oculaire est souvent mise en cause. Les troubles visuels de l’aura migraineuse, la gène par la lumière (photophobie) lors de la crise et parfois le déclenchement par la lumière intense favorisent la conviction de l’origine ophtalmique des migraines.

Céphalée de tension : c’est le type le plus fréquent au monde, caractérisé par une douleur des deux côtés, devant ou derrière la tête. La douleur est d’intensité modérée, ne s’aggrave pas avec l’effort et peut durer de 30 minutes à 7 jours. Le patient sent la tête lourde et a la sensation de pression dans les tempes, comme s’il y avait un serrage de vis. Ce type de douleur peut également irradier jusqu’au cou et être confondu avec le torticolis. Il est généralement nécessaire de prendre des analgésiques associés à des relaxants musculaires et des anti-inflammatoires.

Maux de tête lors du sauvetage : plus fréquents chez les hommes. La douleur est intense, invalidante, unilatérale, et dure de 15 minutes à 3 heures. Généralement, les crises se produisent en même temps (la plupart du temps à l’aube), pendant plusieurs jours d’affilée. La douleur peut s’accompagner de larmoiements, d’écoulement nasal, de gonflement des paupières et de transpiration sur le visage. Bien que la douleur apparaisse pendant plusieurs jours, les périodes de crise sont généralement séparées par de longs intervalles de rémission, qui peuvent même s’étendre sur des années. Comme pour les migraines, certaines personnes identifient des déclencheurs qui facilitent les crises, comme la consommation d’alcool.

Maux de tête quotidiens chroniques : bien que le terme “quotidien” soit inclus, il s’agit d’une affection caractérisée par des maux de tête qui se répètent plus de 15 fois au cours d’un même mois. Il s’agit d’une évolution d’autres formes de maux de tête, qui apparaissent et augmentent progressivement en fréquence en raison de l’utilisation exagérée d’analgésiques, jusqu’à devenir un problème chronique.

ATTENTION : Quel que soit le type, il n’est pas courant d’avoir des épisodes fréquents de maux de tête. Si vous avez remarqué que vous prenez beaucoup d’analgésiques (plus de trois comprimés par semaine), il est important de chercher un neurologue, de préférence spécialisé dans les maux de tête (céphalées). Actuellement, il existe des médicaments spécifiques pour traiter la douleur et prévenir les crises. Il est possible de vivre sans douleur.

Cause general de mal tête migraine

En effet, d’après une étude menée en 2016, la maîtrise du stress par le biais d’exercices de relaxation musculaire a permis de réduire la fréquence des migraines. De même, adopter une programme de relaxation global serait bénéfique aux personnes souffrant de maux de tête, associés à des douleurs de cou/épaule. Bien des troubles peuvent favoriser l’apparition de maux de tête : un problème dentaire, un manque de sommeil, une infection ORL, le stress, des troubles de la vision non détectés ni corrigés, certains médicaments, une hypertension artérielle, les fluctuations hormonales (syndrome prémenstruel), etc.

La plupart des céphalées n’ont pas de cause particulières et sont bénignes. La migraine est aussi une cause fréquente de maux de tête. Mais des causes plus graves existent : méningite, hémorragie cérébrale, glaucome, maladie de Horton. Elles restent néanmoins exceptionnelles et imposent des examens complémentaires.

En cas de céphalée ou de migraine, appliquez 1 goutte d’huile essentielle de Menthe poivrée pure, en massage sur les tempes (attention à ne pas l’appliquer pas trop près des yeux).

6 astuces pour soulager le mal de tête
  • Masser le front et les tempes. Pour soulager, ayez recours à l’acupression.
  • Inhaler de la menthe poivrée ou de la lavande. À lire aussi.
  • Boire du café Le café vous aide à lutter contre le mal de tête.
  • Boire des infusions de gingembre.
  • Tremper les pieds dans l’eau chaude.
  • Faire une bouillotte de noyaux de cerises.
Traitement de la crise

Avec le repos dans l’obscurité et le silence, le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (type Ibuprofène ou Naproxène) ou l’ aspirine peuvent suffire à maîtriser une crise de migraine.

Douleur pulsatile: Il s’agit des antalgiques comme le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (type Ibuprofène ou kétoprofène ) ou l’ aspirine. L’association du métoclopramide à l’aspirine peut améliorer les troubles digestifs. Ces traitements peuvent suffire dans certains cas.

Migraine avec aura: Plusieurs niveaux de traitements peuvent être envisagés :

  • des antalgiques et/ou des anti-inflammatoires en début de crise ;
  • des médicaments anti-nauséeux si nécessaire ;
  • un traitement par les triptans si les premiers traitements ne sont pas efficaces ;
  • un traitement de fond qui peut être hormonal ou reposer sur la prise de bêtabloquants si les autres traitements se sont révélés inefficaces.

Pour éviter le risque de récidive, il est aussi préconisé de prendre des mesures préventives.

La plupart des céphalées de tension d’intensité légère à modérée sont soulagées par presque tous les antidouleurs en vente libre (antalgiques), comme l’aspirine, le paracétamol ou l’ibuprofène. Le massage de la zone douloureuse peut calmer la douleur.

Traitement des maux de tête lors du sauvetage
  • L’ aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • Le paracétamol seul ou associé à la codéine ;
  • Parfois un anxiolytique ou un antidépresseur est nécessaire (céphalées chroniques résistantes aux antalgiques habituels) ;
  • En cas de migraine, les triptans s’avèrent efficaces.

Maux de tête quotidiens chroniques. Il existe différentes formes de maux de tête. Le traitement repose la plupart du temps sur la prise de médicaments : paracétamol, aspirine, ou encore des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

A bien noter que: Les inhibiteurs calciques, en particulier la flunarizine; Les anticonvulsivants (comme le valproate, le topiramate, la gabapentine), qui peuvent toutefois engendrer d’importants effets indésirables à forte dose (nausées, vomissements, diarrhée…); Les antidépresseurs tricycliques à faible dose (amitriptyline).

L’algie vasculaire de la face est moins fréquente que la migraine ou que la céphalée de tension. Elle se produit environ une fois sur 1000 personnes. Les hommes sont beaucoup plus susceptibles de souffrir d’algie vasculaire de la face que les femmes. Le traitement des crises peut faire appel à l’inhalation d’oxygène ou à l’injection de sumatriptan. Le vérapamil est le principal médicament utilisé pour prévenir les récurrences. Certains facteurs tels que la consommation d’alcool ou un sommeil irrégulier peuvent favoriser les crises. La cause de ce syndrome n’est pas connue. Le diagnostic est en principe établi à l’examen clinique, mais une IRM cérébrale peut être réalisée pour rechercher une forme secondaire.