Mieux comprendre les tests d’urines

Savez-vous diagnostiquer une migraine ?
octobre 20, 2020
Comment faire le diagnostic d’un problème rénal ?
octobre 20, 2020

La principale analyse d’urine est l’ECBU ou examen cytobactériologique des urines, dont le but est d’identifier une infection urinaire ou une pyélonéphrite, en fonction de l’augmentation du nombre de leucocytes, signe d’une inflammation, et de la présence de germes infectieux. Mais il y aussi de nombreuses tests comme le test de grossesse qu’on peut effectuer par l’urine. Le premier examen de base consiste à vérifier les valeurs urinaires les plus importantes. Il peut faire partie d’un examen de routine et est souvent effectué lors de l’admission à l’hôpital et avant l’opération. Elle peut également être précédée d’un test urinaire rapide, qui est vérifié à l’aide du statut urinaire. Les tests d’urine servent à clarifier diverses maladies ou à en suivre l’évolution. Par exemple, un examen à l’aide d’une bandelette urinaire peut donner une indication d’une infection urinaire ou d’un diabète.

Que dit la nature de l’urine ?

L’excrétion urinaire est très importante pour diverses fonctions de l’organisme. D’une part, l’équilibre hydrique du corps est ainsi régulé. D’autre part, les substances produites par le métabolisme sont excrétées avec l’urine et ne sont plus nécessaires à l’organisme. Il s’agit notamment de substances toxiques qui ont été ingérées avec des aliments ou des médicaments. L’examen des urines permet de détecter des indications de maladies des reins et du système urinaire, mais aussi de maladies métaboliques telles que le diabète ou les maladies du foie. La couleur, l’odeur et la quantité d’urine excrétée peuvent aider à détecter si quelque chose ne va pas. Une urine très peu abondante et très foncée, par exemple, peut montrer que vous avez absorbé trop peu de liquide ou que vos reins ne fonctionnent plus correctement. Une urine trouble ou floconneuse peut indiquer une infection des voies urinaires. Si l’urine est rougeâtre, elle peut contenir du sang. L’urine normale a une couleur claire, d’aspect jaune citron tandis que l’urine infectée est souvent trouble, d’odeur nauséabonde et de couleur plus foncée. Parfois, on note même la présence de sédiments tantôt blanchâtres ou phosphates, tantôt rouge brique ou acide urique ou urates.

Comment prélever un échantillon d’urine ?

Comme l’urine peut facilement être contaminée par des bactéries, des cellules et d’autres substances, il est conseillé de nettoyer la zone génitale avec de l’eau mais sans savon  avant le test. Afin d’obtenir un résultat inaltéré et d’éviter la contamination par des bactéries, on utilise de l’urine propre à jet moyen pour un test d’urine. L’urine à jet moyen est obtenue lorsque le jet est arrêté après quelques secondes et que seule la partie moyenne de l’urine est recueillie dans une tasse. S’il y a autre chose à prendre en compte pour un test particulier, le médecin le signalera.

Qu’est-ce qu’un test rapide d’urine ?

La méthode la plus rapide pour examiner l’urine est un test rapide d’urine. Il s’agit d’immerger dans l’urine une bandelette de test sur laquelle se trouvent de petits champs carrés colorés pendant quelques secondes. Ensuite, il faut attendre un peu que le résultat soit visible. En fonction de la concentration de la substance concernée, les champs de la bande de test changent de couleur. Ensuite, la couleur des champs est comparée avec un nuancier. Un tel nuancier est indiqué sur l’éprouvette d’urine et montre quelles taches indiquent des valeurs normales et déviantes. Dans un test rapide d’urine, une bandelette de test est plongée dans l’urine puis comparée aux champs de couleur sur l’emballage. Un test urinaire rapide est généralement effectué lors des examens de routine, par exemple dans le cabinet du médecin de famille, lors des examens préventifs pendant la grossesse, lors de l’admission à l’hôpital ou avant une opération. Les tests rapides sont également utilisés pour les affections aiguës telles que les douleurs abdominales, les maux d’estomac ou de dos, les mictions fréquentes et douloureuses ou la présence de sang dans les urines. Certaines personnes atteintes de diabète vérifient également leur taux de sucre de cette manière. Le test d’urine peut être effectué dans des cabinets, des cliniques ou même de manière indépendante à domicile. Les bandelettes réactives sont disponibles sans ordonnance dans les pharmacies et sur Internet. Toutefois, les tests ne sont pas destinés à l’autodiagnostic, mais doivent être utilisés en consultation avec un médecin. De nombreuses substances ne peuvent généralement être détectées dans l’urine qu’en quantité limitée. Des valeurs supérieures ou inférieures signifient donc un écart par rapport à la norme. Normalement négatif signifie qu’une substance n’est pas normalement présente dans l’urine.

Que disent les résultats ?

La notice ou le nuancier du tube permet de déterminer si les résultats se situent dans la plage normale ou s’ils sont frappants. Par exemple, la valeur du pH est utilisée pour savoir si le risque de formation de calculs urinaires est augmenté. C’est le cas des valeurs acides inférieures à 5. Une valeur de pH supérieure à 7, en revanche, peut indiquer une infection bactérienne des voies urinaires.  En cas de résultats visibles, il est nécessaire de parler à un médecin. Comme tous les tests, les tests rapides d’urine ne donnent pas toujours des résultats fiables. Pour cette raison, un examen plus détaillé en laboratoire pourrait être utile en cas de valeurs anormales. Le résultat du test peut, entre autres, fournir des informations sur la teneur en protéines et en créatinine de l’urine. Si, par exemple, une trop faible quantité de créatinine, un déchet, est filtrée du sang par les reins, cela peut indiquer que les reins ne fonctionnent plus correctement. Une augmentation de la teneur en protéines dans l’urine, appelée protéinurie, peut par exemple se produire dans les maladies suivantes : insuffisance cardiaque, diabète sucré, inflammation du bassin rénal, infections urinaires, maladie rénale ou carcinome rénal. Les drogues sont également détectables dans les urines pendant un certain temps. Selon le test utilisé, le cannabis peut être détecté jusqu’à plusieurs semaines après la consommation, les drogues telles que la cocaïne, l’ecstasy ou l’héroïne jusqu’à cinq jours. Il existe également différentes méthodes dans ce domaine : les tests rapides, qui peuvent aider la police à se repérer rapidement sur les lieux, et les tests réservés aux laboratoires. Les échantillons d’urine des athlètes peuvent être utilisés pour les contrôles antidopage. Ces tests permettent de vérifier si une personne a utilisé des substances illicites pour améliorer ses performances.

Comment faire un test de grossesse ?

Lorsque les menstruations s’arrêtent, il existe des tests spéciaux qui sont conçus pour montrer si une femme est enceinte. Toutefois, ils ne peuvent pas fournir des résultats fiables à 100 %. La plupart des tests permettent de savoir si une femme est enceinte dès huit à dix jours après l’arrêt de ses règles. Ils sont généralement effectués comme un test d’urine rapide après s’être levé avec l’urine du matin. La notice fournit des informations sur la procédure exacte. Les tests de grossesse sont disponibles dans les pharmacies, les drogueries, les grands magasins ou sur Internet. L’urine des femmes enceintes contient une hormone spéciale, la gonadotrophine chorionique humaine HCG. Il est produit dans le placenta. Pour de nombreuses femmes, le test de grossesse est la première étape pour savoir si elles sont enceintes. Si le test est effectuée trop tôt, si la femme prend certaines drogues ou a bu beaucoup de liquides, le résultat peut être faussé. Pour déterminer ou exclure une grossesse avec certitude, il est nécessaire de consulter un médecin.