Le rein artificiel: un progrès important en médecine

Pourquoi ne doit-on pas interrompre la prise d’antibiotiques ?
octobre 20, 2020
Comment les bactéries intestinales influencent-elles la santé d’un individu ?
octobre 20, 2020

L’insuffisance rénale a longtemps été considérée comme une condamnation à mort. Puis un médecin plein de ressources a construit une machine qui pouvait nettoyer le sang des toxines présentes dans l’organisme. Cette idée a sauvé la vie de millions de personnes, mais la dialyse n’est toujours pas disponible partout.

La dialyse est souvent vitale pour les patients rénaux

Le premier rein artificiel ressemblait à un tambour à linge en bois. Mais l’invention d’il y a 75 ans a permis à des millions de patients atteints de maladies rénales de vivre plus longtemps. Aujourd’hui, la dialyse est une technologie de pointe. Rien qu’en Allemagne, jusqu’à 80 000 personnes bénéficient régulièrement du processus de purification du sang. Un problème demeure cependant : les dons d’organes sont de moins en moins nombreux. Sans transplantation, les patients rénaux vivent moins longtemps malgré la dialyse. La technique du rein artificiel remonte principalement au médecin néerlandais Willem Johan Kolff. Avant lui, le médecin allemand Georg Haas s’était déjà occupé du lavage du sang. L’un des motifs les plus forts de Kolff pour son invention était probablement la pitié. En tant que jeune médecin, il avait vécu la mort de patients souffrant de problèmes rénaux sans pouvoir les aider. Il a inséré son rein artificiel pour la première fois. Malgré de nombreux revers, il a réussi à sauver la vie d’un patient deux ans plus tard. L’inventeur a émigré aux États-Unis après la guerre et y a amélioré son concept. Sans dialyse, la plupart des gens ne survivraient toujours pas pendant quatre semaines si leurs reins ne fonctionnaient pas, explique Andreas Kribben, spécialiste des maladies rénales. En effet, les deux organes détoxifient le corps. Pour Kribben, les reins sont le seul organe qui peut être remplacé en permanence par une machine.

En Allemagne, plus de la moitié des cas de maladies rénales chroniques sont dus au diabète ou à une hypertension artérielle mal contrôlée depuis des années. Ces deux maladies provoquent des lésions rénales à long terme. Chez les jeunes patients, la fonction rénale est souvent défaillante en raison de maladies héréditaires ou auto-immunes. Environ deux millions de personnes dans le monde vivent avec des thérapies de substitution rénale. Cependant, cela ne représente que dix pour cent de toutes les personnes qui auraient besoin d’aide. Dans de nombreux pays en développement et émergents, une maladie rénale grave signifie encore une mort imminente.

Le progrès technique

Elle a rendu la dialyse plus sûre, plus efficace et en même temps plus douce. Jusque dans les années 1970, il était courant de pratiquer jusqu’à douze heures de dialyse d’affilée. Au cours de ce traitement, les patients souffraient souvent de nausées, de vomissements, de crampes et de problèmes circulatoires. Parce qu’à l’époque, il fallait prélever beaucoup de sang sur le corps pour le nettoyer. Aujourd’hui, il faut beaucoup moins de sang pour cela. Le processus de désintoxication dure généralement quatre heures et doit être répété trois fois par semaine pour la plupart des patients.

Procédure

En cas d’insuffisance rénale, il existe essentiellement deux moyens de purification artificielle du sang. Dans l’hémodialyse, le sang est introduit dans une machine. Il retourne ensuite dans le corps détoxifié. En dialyse péritonéale, le péritoine du patient est utilisé pour la désintoxication. Plusieurs fois par jour, le patient introduit un liquide de dialyse dans l’abdomen au moyen d’un cathéter, puis le draine à nouveau. Cette procédure présente l’avantage que le patient est indépendant d’un centre de dialyse. Il peut également effectuer une dialyse péritonéale en travaillant ou en voyageant. Cette option est également fréquemment utilisée pour les jeunes patients et les enfants. Cependant, le traitement exige également une grande discipline : les patients doivent respecter le temps, prendre leurs médicaments et suivre exactement les instructions diététiques.

Prolongation de la durée de vie

Le traitement par dialyse permet aujourd’hui à de nombreuses personnes de survivre, certaines pendant des années, d’autres pendant des décennies. Il y a des gens qui sont sous dialyse depuis plus de 40 ans. Cependant, les patients dialysés meurent beaucoup plus fréquemment et plus tôt que les personnes du même âge ayant une fonction rénale normale. Cela est dû en partie aux modifications des parois vasculaires.

Don d’organe

Selon la Fondation allemande pour la transplantation d’organes, 1364 reins ont été transplantés. La pénurie de reins de donneurs signifie que les patients dialysés ont moins de chances d’atteindre la même espérance de vie et la même qualité de vie. Selon les statistiques de l’UE, la mortalité des patients atteints de maladies rénales avec des organes de donneurs est nettement inférieure à celle des patients en dialyse. Aujourd’hui, une personne en bonne santé âgée de 20 à 24 ans a encore une espérance de vie de 60 ans. Un patient dialysé du même âge a une espérance de vie moyenne inférieure à 25 ans. Avec une greffe de rein, l’espérance de vie restante peut être presque doublée et atteindre un peu moins de 45 ans.

Dialyse à court terme

Des opérations plus complexes peuvent entraîner une perte temporaire de la fonction rénale, ainsi qu’une inflammation, une infection ou une défaillance d’autres organes. Un traitement par dialyse peut également être nécessaire en cas d’insuffisance rénale aiguë mais seulement pour une période limitée. Cependant, les patients souffrant d’insuffisance rénale aiguë ont un risque beaucoup plus élevé de développer une maladie rénale chronique au cours de leur vie. Ils doivent alors également subir une dialyse permanente.