4 bonnes raisons d’organiser ses obsèques de son vivant

retraite
7 conseils pour préparer sa retraite à l’avance
août 30, 2021
Trouver un dentiste à Esch-sur-Alzette
octobre 19, 2021
obsèques

La mort ne prévient pas, dit-on. Et pour faire face à l’organisation d’un décès, la famille entière se réunit pour en discuter. On parlera de tout notamment, des pompes funèbres, de la sépulture, etc. Cependant, vous pouvez épargner à vos proches toutes ces procédures et toutes les dépenses énormes liées à l’enterrement en l’organisant de votre vivant. Plusieurs raisons sous-tendent cette manière de faire et d’ailleurs, elle est de plus en plus employée de nos jours.

1. La tranquillité d’esprit à vous et à vos proches

Organiser ses propres obsèques de son vivant procure une certaine tranquillité d’esprit. Vous pourrez de ce fait avoir une certaine vision de la manière dont ils se dérouleront. C’est-à-dire qu’en optant pour la prévoyance obsèques, vous mettez directement en avant vos souhaits. Ainsi, vous évitez à vos proches de se tracasser avec les questions d’enterrement ou même d’engager un conseiller funéraire. Vous anticipez tout ce qui a rapport à vos obsèques dans votre testament. En personnalisant clairement vos dernières volontés : type de cérémonie, dispersion des cendres, lieu d’enterrement. Vous déchargez vos proches de toutes les questions en rapport avec les détails de la cérémonie. Vous leur évitez non seulement toutes les tracasseries liées à l’organisation des obsèques, mais aussi toutes les charges financières qui suivront. Et par rapport aux finances, vous pouvez opter pour un contrat. En occurrence, passez par le biais d’une assurance et adaptez les dépenses en fonction de votre budget.

2. Une cérémonie qui vous ressemble

Le principal avantage qui ressort de la planification de ses funérailles de son vivant, c’est que celles-ci seront à votre image. Réfléchir sur les formalités des obsèques, choisir le type de sépulture (inhumation ou crémation) et organiser la cérémonie peuvent être un véritable casse-tête. Mais une fois cette étape passée, vous avez la garantie que tout se déroulera selon votre bon vouloir. Conviction religieuse, don d’organes, monument funéraire, choix de fleurs, pompes funèbres… ne sont pas de simples formalités. Ces décisions sont très importantes, surtout parce qu’elles donneront du fil à retordre à vos proches. Épargnez-leur toute cette frustration en choisissant à l’avance votre mode de sépulture, le lieu de l’enterrement, la musique à jouer. Chaque détail compte.

3. Utiliser l’assurance obsèques

L’assurance obsèques fait partie de celles qui sont les plus flexibles et les plus accessibles. Pour souscrire à un tel contrat, vous n’avez pas forcément besoin d’un questionnaire médical. Et ce, du moment que vous n’avez pas encore atteint les 80 ans. Ce type d’accord est soumis au même régime que l’assurance vie. Son montant est également exonéré des droits de succession. En effet, les frais relatifs à l’organisation des obsèques sont en constante évolution. Ceux-ci s’élèvent à plusieurs milliers d’euros. En tenant compte que ces tarifs sont relativement élevés, il est fortement recommandé d’opter pour une assurance obsèques. Non seulement vous épargnez à votre famille de dépenser des sommes énormes, mais vous vous réservez également un dernier hommage. L’idéal pour tous, c’est de signer le plus rapidement possible un contrat obsèques. Ce geste vous permettra d’éviter les éventuelles hausses de cotisation dues à l’évolution constante des prix. Après votre décès, vos proches n’auront pas besoin de payer une avance et pourront débloquer les fonds immédiatement. Le contrat d’assurance présente quelques avantages que voici :

  • pas besoin d’un questionnaire de santé ;
  • pas besoin d’examen médical ;
  • pas de limite d’âge ;
  • pas besoin de frais de dossier ;
  • plus de tracas à propos des frais d’obsèques.

Aussi, vous pouvez noter et déposer vos dernières volontés auprès d’un individu de confiance. Ce dernier peut être modifié à tout moment selon vos désirs. Et vous n’êtes pas sujet à un délai de carence. Vous pouvez ainsi solder les cotisations en une fois, en douze mois ou en plusieurs tranches. Le capital garanti dans ce cas est alors disponible entièrement après un an. Cependant, si le décès est survenu au cours de la première année du contrat, le versement sera partiel (1/12 du capital par mois soldé).

4. Établir un testament et faire un don d’organe

Deux autres raisons qui résident dans le fait de planifier son enterrement. Vous pouvez notamment, écrire votre testament afin de transmettre votre patrimoine. D’un autre côté, vous pouvez faire si possible ou non un don d’organe.

Écrire son testament pour transmettre son patrimoine

Rédiger un testament avant son décès permet de bien organiser la succession. Auquel cas votre patrimoine sera transmis en parts égales d’actif successoral selon les règles en vigueur. Vous pouvez le réalisé à la main lorsque la situation familiale est plutôt simple, ou alors en présence d’un notaire. Ce dernier s’assurera que le testament soit irréprochable et que vos volontés soient respectées coûte que coûte.

Faire don ou non de vos organes

Si de votre vivant vous ne vous êtes pas opposé au don d’organes, la loi stipule que vous y êtes consentant. Pour éviter à la famille proche de se poser des questions après votre décès, laissez des consignes claires. Parlez-en autour de vous et procurez-vous une carte de donneur si possible. Après le/les prélèvement(s), votre corps est retourné à vos proches. Dans le cas où vous êtes opposé au don d’organes, faites-le savoir en vous inscrivant au registre national des refus. Vous pouvez toutefois opter pour une manière très simple en manifestant votre volonté d’aller contre cela à travers une lettre datée et signée. Vous pourrez ensuite le confier à un de vos proches qui se chargera de le faire valoir au moment opportun. Cependant, notez que l’inscription dans le registre national des refus est primordiale en cas d’opposition. Elle aura plus de valeur qu’une lettre.