Qu’est-ce que la vaccination thérapeutique ?

Tout savoir sur la vitamine D
octobre 20, 2020
9 huiles essentielles pour le soulagement de la douleur
octobre 20, 2020

La vaccination est l’administration de vaccins à des fins préventives. La thérapie vaccinale ne doit être comprise que pour les vaccins désensibilisants qui ne contiennent pas de particules virales ou bactériennes comme les vaccins classiques mais qui sont constitués de quantités infinitésimales des mêmes substances qui sont responsables, chez certains patients des mêmes maladies allergiques aux acariens, pollen et alimentation ou chez les personnes souffrant d’asthme bronchique.La thérapie vaccinale consiste à inoculer des composants viraux de virus tués ou de virus vivants sans capacité de provoquer une maladie ou le même ADN viral reproduit par des techniques de génie génétique ou des composants bactériens auxquels notre corps réagit immédiatement avec la production d’anticorps prêts à neutraliser les virus ou les bactéries qui pénètrent dans notre corps peuvent provoquer des maladies infectieuses.

Comment fonctionne un vaccin ?

La plupart des vaccins contiennent le germe de la maladie faible ou morte à l’intérieur, pour s’assurer qu’il ne peut pas nuire au patient. Seuls certains vaccins ne contiennent pas de germes. Notre corps peut produire des anticorps de deux manières : avec la maladie elle-même ou avec le vaccin. Le vaccin est un moyen beaucoup plus sûr de produire des anticorps sans souffrir de la maladie et sans courir de risques plus importants. Les anticorps restent longtemps dans notre corps et cela leur permet de toujours se souvenir de la manière de combattre le germe, même s’il réapparaît après une longue période. Parfois, notre système immunitaire peut même s’en souvenir pour le reste de notre vie. Le plus souvent, cependant, il faudra un rappel pour permettre aux bonnes défenses de réapparaître. Il existe des vaccins spécifiques pour la prévention d’une seule maladie, tandis que d’autres peuvent protéger simultanément contre plusieurs maladies, par exemple, le vaccin MPRV utile pour prévenir les maladies de la rougeole, des oreillons, de la rubéole et de la varicelle. La plupart des vaccins sont administrés par aiguille. Cependant, les scientifiques et les universitaires recherchent de nouvelles méthodes d’administration moins invasives.

Quand se faire vacciner contre l’hépatite B ?

L’hépatite B est une maladie hépatique contagieuse causée par un virus VHB qui attaque le foie et provoque une inflammation. Elle peut se développer sous forme aiguë ou chronique. Ce virus peut provoquer des infections très graves avec des conséquences à long terme : cirrhose du foie cancer du foie insuffisance hépatique décès. Mais l’hépatite B peut être évitée par une vaccination soigneuse. Le vaccin contre l’hépatite B est disponible pour tous les âges, il est sûr et très efficace. Le programme de vaccination le plus souvent utilisé pour les enfants et les adultes consiste en une série de trois injections intramusculaires, administrées sur une période de six mois. Comme pour tous les vaccins, il y a là aussi des effets secondaires : douleur au point d’injection ; mal de tête ; sensation de fatigue. Il n’y a cependant aucune preuve que ce vaccin soit à l’origine d’autres maladies chroniques. La vaccination contre l’hépatite B est particulièrement recommandée : tous les enfants à la naissance les personnes dont le partenaire a l’hépatite B qui ont des maladies sexuellement transmissibles les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes qui ont des problèmes de drogue et qui partagent des aiguilles et des seringues avec d’autres personnes atteintes d’hépatite B dans la famille qui se trouvent sur les lieux de travail souvent contaminés par du sang ou d’autres liquides organiques ceux qui souffrent d’une maladie rénale en phase terminale ceux qui doivent se rendre dans des régions du monde présentant des taux modérés ou élevés d’hépatite B ceux qui souffrent d’une maladie chronique du foie Il est toujours bon de convenir avec son médecin du moment et de la manière de se faire vacciner, afin de se prémunir contre toute réaction allergique au vaccin.

Vaccin anti-papillomavirus : quand le faire ?

Le virus du papillome humain HPV est un virus très répandu chez les femmes et constitue la principale cause de cancer du col de l’utérus. Elle se transmet principalement par les rapports sexuels. Grâce à la vaccination, le corps est capable de contrer l’infection qui conduit au développement du cancer. La vaccination à un jeune âge, avant le début de l’activité sexuelle, est très importante car elle empêche presque complètement le début de l’infection et rend la vaccination elle-même beaucoup plus efficace contre le virus. Le vaccin contre le VPH protège également contre l’apparition de verrues génitales, un trouble qui touche également les hommes. Le vaccin est administré par voie intramusculaire sur le bras. Les effets secondaires graves du vaccin contre le VPH sont rares. Ceux qui existent sont légers : douleurs dans le bras vertiges fièvre nausées Avant la vaccination, il est toujours important d’informer votre médecin de toute allergie. Le vaccin contre le VPH n’est pas recommandé aux femmes enceintes. En Italie, la vaccination contre le HPV est recommandée par le ministère de la santé et est offerte gratuitement à toutes les filles de 12 ans.

Existe-t-il un vaccin homéopathique contre la grippe ?

L’homéopathie est un système de médecine controversé qui existe depuis plus de 200 ans. Alors que la médecine conventionnelle vise à vaincre la maladie en insérant des virus ou des bactéries atténués pour stimuler le système immunitaire à combattre les agents externes, de nombreux homéopathes affirment que l’utilisation de quantités infinitésimales de substances similaires à celles qui provoquent les mêmes maladies chez les patients, mais à très faibles doses, peut au contraire leur apporter un soulagement. Il est donc inapproprié pour l’homéopathie de parler de vaccination, alors qu’il serait plus correct de parler de médicaments homéopathiques à action antivirale. De nombreuses personnes affirment que la médecine conventionnelle comporte un risque important pour le patient en raison d’infections allergiques causées par des doses de vaccin trop fortes ou trop soudaines pour l’organisme. L’immunisation homéopathique, en fournissant une petite quantité du virus, est capable de stimuler une réponse immunitaire. L’alternative homéopathique vise à offrir une prévention sûre et efficace contre la grippe, en particulier pour les personnes âgées. Aucun système de vaccination ne peut garantir une protection à 100 %, car de nombreux autres facteurs peuvent entrer en jeu : prédisposition naturelle, stress, habitudes alimentaires. Cependant, la vaccination homéopathique est la seule qui soit sans effets secondaires, non invasive, elle est administrée par voie orale et peut être efficace.