L’importance de la stimulation cognitive face au processus de vieillissement

Publié le : 21 octobre 20208 mins de lecture

Les dernières décennies de recherche ont mis en lumière de nombreux aspects du cerveau jusqu’alors inconnus : nous savons aujourd’hui qu’il s’agit d’un organe plastique, que sa structure peut changer si nous entraînons certaines compétences et qu’il possède une réserve cognitive fondamentale dans la prévention des maladies neurodégénératives. Grâce à ces découvertes, nous pouvons aujourd’hui recourir à certains exercices utiles pour la stimulation cognitive. Nous commençons par faire une distinction importante entre la stimulation, la réadaptation et l’entraînement cognitif. Ces trois façons de travailler sur les fonctions cognitives font partie d’une intervention non pharmacologique. Il a été démontré qu’en appliquant ces stratégies, le patient obtient des bénéfices importants, qui se traduisent par une amélioration de ses capacités ou un ralentissement de la perte de ses capacités cognitives. L’adulte âgé, affecté par une forme de déficience cognitive, peut bénéficier d’interventions dans lesquelles ces stratégies sont appliquées, car elles conduisent à une amélioration de la qualité de vie.

Pourquoi la stimulation cognitive est-elle importante ?

Au fil du temps, le système cognitif, mémoire, raisonnement, orientation, se détériore et réduit l’autonomie des personnes âgées. Avec la vieillesse vient un manque d’activité qui affecte notamment la mémoire et les autres fonctions cognitives des seniors. Cela se ressent particulièrement chez les personnes âgées à la retraite à partir de 70 et 80 ans, qui voient apparaître des difficultés d’adaptation, de mémorisation, et une diminution de la réactivité, de la rapidité de réflexion et de la résistance au stress. Pour éviter l’accroissement d’une perte d’autonomie physique, psychique ou encore sociale, on peut stimuler intellectuellement la personne à l’aide d’exercices, de jeux ou encore de simples activités lui permettant de faire travailler son cerveau, et d’améliorer son autonomie, quel que soit son âge.

La stimulation cognitive présente de nombreux avantages. L’un d’eux est qu’il ne produit pas d’effets secondaires et n’interagit pas avec les médicaments. En outre, il facilite le contact personnel avec le thérapeute et d’autres personnes, un aspect qui influence positivement le comportement du patient, en améliorant ses compétences. C’est aussi une activité qui permet d’exercer les compétences déjà établies, en apprenant au patient à utiliser au mieux ses ressources. Enfin, il est important de souligner que la stimulation cognitive peut être une alternative moins coûteuse que d’autres thérapies. Maintenant que nous avons clarifié la terminologie, voyons quelques exercices simples que vous pouvez faire chez vous, et qui vous donneront des résultats très positifs.

Exercices de stimulation cognitive

La liste des exercices est longue et il y en a de toutes sortes. Nous pouvons commencer par les livres d’exercices classiques, qui aident à améliorer l’attention, la mémoire et le calcul, jusqu’aux exercices d’entraînement cérébral, ou braintraining, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

  • Les jeux tels que le sudoku, les mots croisés ou encore le jeu de société des 7 familles par exemple, aident les personnes âgées à travailler plaisamment leur mémoire et leur capacité de réflexion. Ces jeux les incitent à retenir les cartes, à réfléchir profondément sur les mots ou les chiffres, ce qui stimule leur cerveau. Faire ces jeux en famille ou à plusieurs peut aussi aider la personne âgée à apprécier l’exercice.
  • Les exercices de stimulation cognitive peuvent porter sur différentes capacités de la personne âgée : la mémorisation de mots par exemple, la réflexion ou encore l’orientation lors de promenades. Notez que l’on peut retrouver quelques exemples d’exercices de stimulation cognitive en ligne permettant à l’aidant de ne pas perdre l’inspiration.

Activités de stimulation cognitive de personnes âgée

  • Beaucoup d’activités permettent aussi l’exercice cérébral de la personne âgée. Parmi elles, le sport qui stimule les sens et les réflexes, la lecture qui fait travailler de nombreuses fonctions du cerveau : la compréhension, la mémorisation et l’imagination, ou encore la musique pour le rythme et la stimulation de l’ouïe.
  • Il est aussi conseillé d’inscrire la personne âgée dans des clubs afin de faire des rencontres et de recréer ou améliorer la vie sociale du senior. Les nouvelles rencontres obligent la mémorisation des informations données par l’interlocuteur dans le but de ne pas reposer des questions déjà évoquées. Le travail de la mémoire se fait donc sans s’en rendre compte, ce qui est bénéfique pour la personne âgée.
  • Dans le cas où votre proche n’a pas l’opportunité d’être stimulé par des aidants familiaux, il existe des animations de groupe en institutions telles que les maisons de retraites, les hôpitaux ou encore les centres sociaux. L’état de défiance cognitive est alors premièrement évalué par un médecin notamment à l’aide du GIR, qui permet de déterminer un nombre de séances conseillés. Ces ateliers se font en groupe pendant 1 à 2 h 30, ce qui favorise le bien-être social. Les aides à domicile peuvent aussi être une solution afin de tenir compagnie en stimulant la personne en perte d’autonomie.

Une bonne hygiène de vie reste indispensable pour limiter les troubles de la mémoire : pratiquer une activité physique et manger sainement est vivement recommandé.

Dans ce cas, il est important de travailler l’orientation dans les trois sphères : le temps, l’espace et le cercle social. La perte d’orientation est l’un des aspects les plus inquiétants lorsque l’on commence à remarquer un processus de détérioration cognitive. Pour former cette capacité, nous pouvons travailler en répondant aux questions quotidiennes suivantes : Ce travail sera d’autant plus efficace qu’il sera intégré dans la vie quotidienne. Par exemple, on peut faire des listes pour se souvenir des noms des rois, mais il sera toujours préférable de s’entraîner avec la liste des courses. Il existe un nombre infini d’exercices que nous pouvons faire avec des éléments et des activités de la vie quotidienne. D’autre part, les spécialistes sont là pour nous aider. Nous pouvons lire des livres, des articles et faire des expériences, mais en fin de compte, ce sont eux qui nous apporteront l’aide la plus précieuse. Ils nous conseilleront sur la manière d’organiser notre travail, de fixer des objectifs et de choisir les outils ou les exercices qui conviennent le mieux à notre cas. Mais surtout, il est important de rester motivé, car les résultats de ces interventions seront visibles à moyen et long terme.

Plan du site